Entanglement

2023, encre, acrylique, fusain de canne à sucre et graphite sur papier / ink, acrylic, sugar cane charcoal and graphite on paper.

Le dessin Entanglement renvoie à la mer pour aborder un espace qui nous lie et nous divise. Mais elle se présente aussi en tant qu’incarnation de l’abstraction temporelle. L’épaisseur du temps est telle qu’il est impossible de retracer ce qui a été perdu dans la traversée de mes ancêtres africains. Son titre réfère à un phénomène de la physique quantique, dont l’explication la plus simplifiée repose sur l’hypothèse que deux particules qui sont entremêlées demeurent connectées, peu importe l’espace-temps qui les sépare. Ce que l’une subit, l’autre l’endure en même temps. Ce phénomène s’aligne avec les croyances Yoruba selon lesquelles je demeure lié à mes ancêtres. À l’instar de la pièce Ase qui débute dans la figuration et se finit en abstraction, Entanglement débute par l’abstraction, dans l’épaisseur du temps et de l’espace pour se compléter sur une plage. Le dessin nous amène à nous demander de quel côté du rivage se trouve le regardeur et à quel moment. Est-il sur les côtes de l’Afrique de l’Ouest ou sur celles des Antilles ? À la période actuelle, ou pendant celle de l’exploitation des Africains par les Européens ? La mer représentée dans l’œuvre me lie avec mes ancêtres dans le temps et dans l’espace sans pour autant m’imposer un choix.

________________________________

Entanglement refers to the sea as a space that binds and divides us. But it also presents itself as the incarnation of temporal abstraction. The depth of time is such that it is impossible to retrace what was lost in the crossing of my African ancestors. The drawing’s title refers to a phenomenon in quantum physics, entanglement, whose most simplified explanation is the hypothesis that two particles that are intertwined remain connected, regardless of the space-time that separates them. What one undergoes, the other endures at the same time. This phenomenon aligns with Yoruba beliefs which entail that I remain connected to my ancestors, across space and time. Unlike the work on paper Ase (2022) which begins in figuration and ends in abstraction, Entanglement begins with abstraction, in the thickness of time and space to complete itself on a beach. The drawing makes us wonder which side of the shore the viewer is on and at what time. Is it on the coasts of West Africa or those of the Antilles? In the current period, or during the period of exploitation of Africans by Europeans? The sea represented in the work links me with my ancestors in time and space without imposing a choice on me.

Photo: Michel Pinault

Presented as part of Espaces imprévisibles at the Galerie de l’UQAM, 2 November 2023 to 20 January 2024. Photo: Galerie de l’UQAM.